Auteur Sujet: Crise existentielle  (Lu 477 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Pat

  • Membre Coché
  • ****
  • Messages: 12431
  • L'Admin d'une épave
Crise existentielle
« le: 30 Mars 2020, 13:19:34 pm »
Y'en as-tu que le covid leur donne peut-être un peu trop de temps pour penser ?

Puu capable de l'informatique et j'en ai plein mon esti d'cul. Que ce soit de la prog, de l'infra ou du network, j'suis zéro intéressé, je ne suis plus les nouvelles dans le milieu et je fais juste exécuter des shits parce que je veux pas aller plus loin techniquement parlant. J'essaie de me diriger en management dans mon entreprise, mais je vois pas la lumière au bout du tunnel. Le retour à l'école est très tentant, mais rendu à 32 ans et avec des responsabilités financières (et une cote Z de marde dû à un sérieux manque de motivation à la fin du bac), c'est pas évident.

Merci, c'est tout.  :awesome
« Modifié: 13 Avril 2020, 23:57:06 pm par Pat »

Hors ligne Chuck

  • Membre Coché
  • ****
  • Messages: 13419
Re : Crise existentielle
« Réponse #1 le: 30 Mars 2020, 13:31:37 pm »
Je crois que le retour à l'école te ferait du bien. Si tu es capable de faire un changement de carrière à même ton entreprise actuelle, ça se fera beaucoup plus facilement aussi.  Et dis toi que même quand tu as une bonne job, une maison, 1 femme, 2 chats et bientôt un kid, tu n'es jamais entièrement satisfait. C'est la nature humaine de vouloir plus ou de se faire croire que ça serait mieux ailleurs. C'est quoi exactement que tu aimes dans l'administration ou le journalisme? Ou encore c'est quoi exactement que tu détestes dans ta job actuelle et c'est quoi que tu aimes?

Hors ligne Pat

  • Membre Coché
  • ****
  • Messages: 12431
  • L'Admin d'une épave
Crise existentielle
« Réponse #2 le: 30 Mars 2020, 15:39:25 pm »
Je pense que je me tanne vraiment de la science, j'ai complètement perdu l'intérêt et les affaires public et la gestion m'intéresse de plus en plus, pas trop sûr de savoir pourquoi.

Dans ma job je trouve ça assez routinier depuis un moment et les défis auxquels je fais face sont assez moches merci. Ça manque vraiment d'adrénaline et de sentiment d'urgence.

Hors ligne Malkavian

  • Membre Coché
  • ****
  • Messages: 10042
Re : Crise existentielle
« Réponse #3 le: 30 Mars 2020, 17:00:29 pm »
J'fais juste lancer ça de même, mais un de mes chums vlà quelques années est allé faire un cours de gestion d'entreprise au HEC. Si je me souviens bien ça lui avait pris qu'une session, de soir. Si t'es pas game de refaire complètement ton orientation à l'Université, et comme tu parles de peut-être te diriger en management, ça pourrait être une option.

Hors ligne Pat

  • Membre Coché
  • ****
  • Messages: 12431
  • L'Admin d'une épave
Re : Crise existentielle
« Réponse #4 le: 31 Mars 2020, 12:00:51 pm »
J'fais juste lancer ça de même, mais un de mes chums vlà quelques années est allé faire un cours de gestion d'entreprise au HEC. Si je me souviens bien ça lui avait pris qu'une session, de soir. Si t'es pas game de refaire complètement ton orientation à l'Université, et comme tu parles de peut-être te diriger en management, ça pourrait être une option.

Héhé c'est justement ce que je vérifais en fin de semaine passée. J'vais probablement me laisser tenter par de quoi du genre et voir si ça m'intéresse pour en faire de quoi plus sérieux.

Hors ligne Darkman

  • Membre Coché
  • ****
  • Messages: 17855
Re : Crise existentielle
« Réponse #5 le: 31 Mars 2020, 22:34:01 pm »
Par contre si c'est en TI, la management peut aussi être "plate".

Je suis dans une équipe de cybersécurité et notre chef avait été engagé en grosse partie à cause de son expertise sur le Threat Hunting. Au final, il n'a quasiment jamais pu nous en montré en autre parce qu'on a perdu 1 membre de l'équipe dû aux budgets. Une grande partie de ses journées ils les passent sur Skype à faire des appels téléphoniques et d'autres meetings...

Selon où tu travail, être gestionnaire c'est aussi beaucoup d'heure de travail. Ce n'est pas le cas de mon chef, mais ma copine est controleur adjointe et elle travaille énormément. Par contre ça semble être la comptabilité en générale selon elle que les conditions sont tough pour les gestionnaires.

Évidement, je tiens aucunement à te décourager, mais ce sont aussi des éléments à tenir en compte...

Me semble aussi que c'est assez commun que les gestionaires n'ont pas d'overtime payé.

Hors ligne Pat

  • Membre Coché
  • ****
  • Messages: 12431
  • L'Admin d'une épave
Re : Crise existentielle
« Réponse #6 le: 02 Avril 2020, 12:34:55 pm »
Par contre si c'est en TI, la management peut aussi être "plate".

Je suis dans une équipe de cybersécurité et notre chef avait été engagé en grosse partie à cause de son expertise sur le Threat Hunting. Au final, il n'a quasiment jamais pu nous en montré en autre parce qu'on a perdu 1 membre de l'équipe dû aux budgets. Une grande partie de ses journées ils les passent sur Skype à faire des appels téléphoniques et d'autres meetings...

Selon où tu travail, être gestionnaire c'est aussi beaucoup d'heure de travail. Ce n'est pas le cas de mon chef, mais ma copine est controleur adjointe et elle travaille énormément. Par contre ça semble être la comptabilité en générale selon elle que les conditions sont tough pour les gestionnaires.

Évidement, je tiens aucunement à te décourager, mais ce sont aussi des éléments à tenir en compte...

Me semble aussi que c'est assez commun que les gestionaires n'ont pas d'overtime payé.

Mon idée c'est surtout pour passer en management en IT et acquérir assez d'expérience et de formation pour ensuite quitter les IT carrément.

Hors ligne DarkMart

  • Membre Coché
  • ****
  • Messages: 6270
  • Gamertag XBox 360: DarkMart
Re : Crise existentielle
« Réponse #7 le: 25 Avril 2020, 00:12:06 am »
Bonjour Pat,

Eh oui, un revenant ! En revenant, je me suis reconnu (dans le passé) en lisant ton texte. Sache que des fois, on pense se tanner de notre domaine, mais souvent, c'est l'environnement dans lequel on travaille.

Ça varie d'une personne à l'autre, mais de base, un développeur logiciel est un créateur qui utilise la logique et les sciences pour créer des logiciels. Le mot « créateur » est hyper important, car c'est ce qui motive à apprendre à programmeur en premier lieu : créer un jeu, un site Web, un logiciel, un hack, etc. Nous ne sommes pas juste des programmeurs, nous sommes des développeurs logiciel. Au même titre, un artiste n'est pas juste un peintre, il utilise la peinture pour créer. En d'autres mots, un développeur logiciel est oui logique, mais a aussi un côté artistique.

Alors la vrai question : est-ce que ton environnement te permet de créer ? De participer aux choix dans ton équipe (architecture, design patterns, stratégies, etc) ? Si ce n'est pas le cas, changes de place, c'est plus simple. J'ai vécu une histoire similaire une fois : je me réalisait et ensuite vient un nouveau directeur et ses amis, ce qui m'a tassé de ce qui me rendait heureux. J'ai passé les dernières années de cette job à être malheureux, en espérant de pouvoir prendre ma place (que j'avais déjà avant). J'ai quitté cette endroit (meilleure décision de ma carrière). Cet employeur, présentement, cherche encore un développeur pour me remplacer et ça fait longtemps. Il faut dire que le karma des fois fait sa job i guess (on va dire ça de même haha).

Unir le management avec l'informatique peut-être intéressant aussi : gestion de projets, analyse, chef d'équipe, etc. Je fais tranquillement pas vite, à temps partiel, des études de deuxième cycle à distance à l'Université Laval en gestion des affaires numériques et c'est vraiment le côté business en informatique et en technologie numérique. Peut-être que cela pourrait t'intéresser ? Ça peut même te mener à un MBA.

Il y a beaucoup de possibilités. J'ai passé d'un emploi qui me stimulais pas (manque de défis et pogné avec du monde moins compétent que moi et qui me freinait) à faire différents projets en side line, à enseigner l'informatique, etc.

Sur ce, bonne réflexion ! Courage, c'est temporaire (en autant que tu prennes une décision). J'ai passé par là, je te comprends !
« Modifié: 25 Avril 2020, 13:13:54 pm par DarkMart »

Hors ligne Pat

  • Membre Coché
  • ****
  • Messages: 12431
  • L'Admin d'une épave
Re : Crise existentielle
« Réponse #8 le: 27 Avril 2020, 11:39:31 am »
Bonjour Pat,

Eh oui, un revenant ! En revenant, je me suis reconnu (dans le passé) en lisant ton texte. Sache que des fois, on pense se tanner de notre domaine, mais souvent, c'est l'environnement dans lequel on travaille.

Ça varie d'une personne à l'autre, mais de base, un développeur logiciel est un créateur qui utilise la logique et les sciences pour créer des logiciels. Le mot « créateur » est hyper important, car c'est ce qui motive à apprendre à programmeur en premier lieu : créer un jeu, un site Web, un logiciel, un hack, etc. Nous ne sommes pas juste des programmeurs, nous sommes des développeurs logiciel. Au même titre, un artiste n'est pas juste un peintre, il utilise la peinture pour créer. En d'autres mots, un développeur logiciel est oui logique, mais a aussi un côté artistique.

Alors la vrai question : est-ce que ton environnement te permet de créer ? De participer aux choix dans ton équipe (architecture, design patterns, stratégies, etc) ? Si ce n'est pas le cas, changes de place, c'est plus simple. J'ai vécu une histoire similaire une fois : je me réalisait et ensuite vient un nouveau directeur et ses amis, ce qui m'a tassé de ce qui me rendait heureux. J'ai passé les dernières années de cette job à être malheureux, en espérant de pouvoir prendre ma place (que j'avais déjà avant). J'ai quitté cette endroit (meilleure décision de ma carrière). Cet employeur, présentement, cherche encore un développeur pour me remplacer et ça fait longtemps. Il faut dire que le karma des fois fait sa job i guess (on va dire ça de même haha).

Unir le management avec l'informatique peut-être intéressant aussi : gestion de projets, analyse, chef d'équipe, etc. Je fais tranquillement pas vite, à temps partiel, des études de deuxième cycle à distance à l'Université Laval en gestion des affaires numériques et c'est vraiment le côté business en informatique et en technologie numérique. Peut-être que cela pourrait t'intéresser ? Ça peut même te mener à un MBA.

Il y a beaucoup de possibilités. J'ai passé d'un emploi qui me stimulais pas (manque de défis et pogné avec du monde moins compétent que moi et qui me freinait) à faire différents projets en side line, à enseigner l'informatique, etc.

Sur ce, bonne réflexion ! Courage, c'est temporaire (en autant que tu prennes une décision). J'ai passé par là, je te comprends !

Ouais en fait, j'ai quitté le développement logiciel depuis un bon 2 ans et demi. Même en IT au bac, on en faisait beaucoup et j'aimais plus ou moins ça et ma première job après les études me l'a confirmé et j'ai vraiment pas l'intention d'y retourner, même en "DevOps". En infra, j'aimais bien ça au début, mais ça reste des opérations donc ça devient tranquillement très répétitif. J'ai pas vraiment le goût de me spécialiser en architecture d'infra non plus, le côté technique me repousse. Ce que j'aime surtout de ma job, c'est de gérer, planifier et le côté politique avec le client... Mais pas de faire la job en soi. J'suis tanné d'essayer de résoudre des problématiques qui virent en casse-tête, souvent causés par d'autres équipes. La PME pour qui je travaille me fait assez confiance et j'ai carte blanche sur la documentation interne, les montants des projets, la santé financière de la business, etc, et je trouve ça intéressant.

Depuis 1 mois et demi environ, je suis team lead par intérim et j'aime ben ça même si je dois dealer souvent avec des niaiseries, mais le team lead officiel revient la semaine prochaine et on s'entend pas vraiment bien, il défait souvent des trucs que j'essaie de mettre en place pour aider l'équipe (et j'ai pas mal plus d'insight que lui, faut dire... Il est beaucoup trop technique et noir/blanc quand il donne des directives et c'est souvent tout croche) alors c'est chiant. C'est aussi chiant de savoir que tous les membres de l'équipe semblent me préférer à sa place (et même l'équipe d'architectes, avec qui je dois prêter des ressources de temps à autres), même si j'ai pas autant d'expérience technique.

Bref, gérer des TI... Oui, mais je veux pas gosser dans le technique. Je me vois très bien faire de la gestion en restauration, en services publics, commerce au détail (B2C, B2B, whatever), etc. Je commence à développer le goût de l'administration publique et la gestion de crise aussi, notamment, ce qui n'a pas nécessairement rapport avec l'informatique.

Tk je vais voir pour ton programme de deuxième cycle, je suis curieux. Merci pour le input !


Hors ligne DarkMart

  • Membre Coché
  • ****
  • Messages: 6270
  • Gamertag XBox 360: DarkMart
Re : Crise existentielle
« Réponse #9 le: 27 Avril 2020, 22:28:48 pm »
Bonjour Pat,

Eh oui, un revenant ! En revenant, je me suis reconnu (dans le passé) en lisant ton texte. Sache que des fois, on pense se tanner de notre domaine, mais souvent, c'est l'environnement dans lequel on travaille.

Ça varie d'une personne à l'autre, mais de base, un développeur logiciel est un créateur qui utilise la logique et les sciences pour créer des logiciels. Le mot « créateur » est hyper important, car c'est ce qui motive à apprendre à programmeur en premier lieu : créer un jeu, un site Web, un logiciel, un hack, etc. Nous ne sommes pas juste des programmeurs, nous sommes des développeurs logiciel. Au même titre, un artiste n'est pas juste un peintre, il utilise la peinture pour créer. En d'autres mots, un développeur logiciel est oui logique, mais a aussi un côté artistique.

Alors la vrai question : est-ce que ton environnement te permet de créer ? De participer aux choix dans ton équipe (architecture, design patterns, stratégies, etc) ? Si ce n'est pas le cas, changes de place, c'est plus simple. J'ai vécu une histoire similaire une fois : je me réalisait et ensuite vient un nouveau directeur et ses amis, ce qui m'a tassé de ce qui me rendait heureux. J'ai passé les dernières années de cette job à être malheureux, en espérant de pouvoir prendre ma place (que j'avais déjà avant). J'ai quitté cette endroit (meilleure décision de ma carrière). Cet employeur, présentement, cherche encore un développeur pour me remplacer et ça fait longtemps. Il faut dire que le karma des fois fait sa job i guess (on va dire ça de même haha).

Unir le management avec l'informatique peut-être intéressant aussi : gestion de projets, analyse, chef d'équipe, etc. Je fais tranquillement pas vite, à temps partiel, des études de deuxième cycle à distance à l'Université Laval en gestion des affaires numériques et c'est vraiment le côté business en informatique et en technologie numérique. Peut-être que cela pourrait t'intéresser ? Ça peut même te mener à un MBA.

Il y a beaucoup de possibilités. J'ai passé d'un emploi qui me stimulais pas (manque de défis et pogné avec du monde moins compétent que moi et qui me freinait) à faire différents projets en side line, à enseigner l'informatique, etc.

Sur ce, bonne réflexion ! Courage, c'est temporaire (en autant que tu prennes une décision). J'ai passé par là, je te comprends !

Ouais en fait, j'ai quitté le développement logiciel depuis un bon 2 ans et demi. Même en IT au bac, on en faisait beaucoup et j'aimais plus ou moins ça et ma première job après les études me l'a confirmé et j'ai vraiment pas l'intention d'y retourner, même en "DevOps". En infra, j'aimais bien ça au début, mais ça reste des opérations donc ça devient tranquillement très répétitif. J'ai pas vraiment le goût de me spécialiser en architecture d'infra non plus, le côté technique me repousse. Ce que j'aime surtout de ma job, c'est de gérer, planifier et le côté politique avec le client... Mais pas de faire la job en soi. J'suis tanné d'essayer de résoudre des problématiques qui virent en casse-tête, souvent causés par d'autres équipes. La PME pour qui je travaille me fait assez confiance et j'ai carte blanche sur la documentation interne, les montants des projets, la santé financière de la business, etc, et je trouve ça intéressant.

Depuis 1 mois et demi environ, je suis team lead par intérim et j'aime ben ça même si je dois dealer souvent avec des niaiseries, mais le team lead officiel revient la semaine prochaine et on s'entend pas vraiment bien, il défait souvent des trucs que j'essaie de mettre en place pour aider l'équipe (et j'ai pas mal plus d'insight que lui, faut dire... Il est beaucoup trop technique et noir/blanc quand il donne des directives et c'est souvent tout croche) alors c'est chiant. C'est aussi chiant de savoir que tous les membres de l'équipe semblent me préférer à sa place (et même l'équipe d'architectes, avec qui je dois prêter des ressources de temps à autres), même si j'ai pas autant d'expérience technique.

Bref, gérer des TI... Oui, mais je veux pas gosser dans le technique. Je me vois très bien faire de la gestion en restauration, en services publics, commerce au détail (B2C, B2B, whatever), etc. Je commence à développer le goût de l'administration publique et la gestion de crise aussi, notamment, ce qui n'a pas nécessairement rapport avec l'informatique.

Tk je vais voir pour ton programme de deuxième cycle, je suis curieux. Merci pour le input !



Si tu a aimé gérer des projets et une équipe en TI, alors ce genre de programme d'études pourrait vraiment t'intéresser ! Et il est offert à distance (et aussi surplace) !